Pourquoi se certifier Lean Six Sigma Yellow Belt et comment le devenir ?

Avant-propos : tout part de la recherche de l’« Excellence Opérationnelle »

Malgré les innombrables problèmes auxquels l’entreprise fait face, elle se doit de toujours relever les défis qui l’attendent. Les gaspillages, les délais trop longs, les clients insatisfaits, une mauvaise organisation sont des maux communs aux entreprises. Il s’agit donc de continuellement chercher à atteindre son « Excellence Opérationnelle », que l’on peut définir comme suit :

« L’excellence opérationnelle est une démarche systématique et méthodique menée dans l’entreprise pour maximiser les performances en matière de productivité, de qualité des produits et de réduction des coûts, et plus généralement de performance. Elle est donc un levier puissant de compétitivité pour les entreprises françaises, et ce d’autant plus qu’elles évoluent dans un environnement extrêmement concurrentiel. » Rapport du Ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi en 2009.

L’excellence opérationnelle n’a qu’un seul et unique point de départ : les besoins du client. Au regard de ces besoins, elle doit permettre d’optimiser la capacité des équipes à trouver elles-mêmes des solutions et l’optimisation des processus. C’est ainsi qu’elle se fonde pour l’essentiel sur des techniques connues sous le nom de « Lean » et de « Six Sigma ». Mais plus que des outils d’analyse et des méthodes d’amélioration, c’est d’abord la démarche d’ensemble d’implication et de motivation du personnel dans la recherche de solutions qui fait la force de l’excellence opérationnelle.

Pour reprendre Toyota, tout problème doit être vu comme une occasion d’apprendre, car l’entreprise elle-même devient une organisation apprenante.

Ainsi, afin de chercher à maximiser la satisfaction du client d’une part et en maîtrisant les coûts d’autre part, l’entreprise doit adopter une démarche analytique de ses processus afin d’atteindre un niveau de défaut maîtrisé. La démarche Lean Six Sigma (LSS) est alors de mise.

Xavier Benedetti,
Directeur de bureau, Celencia Lyon

1.Démarche Lean Six Sigma : de quoi s’agit-il ?

Comme nous venons de le voir, le Lean Six Sigma est une démarche au service de l’objectif ultime d’atteinte de l’«Excellence Opérationnelle ». Lean Six Sigma, en pratique, est la fusion du Lean Management et de la méthode Six Sigma : il s’agit d’une démarche d’amélioration continue plaçant le client au cœur du processus de production. De cette manière, les outils, les étapes d’un processus, le comportement et l’attitude des différents acteurs tiendront tous compte des attentes des clients.

Un peu d’histoire

Toyota s’est trouvé, dans les années d’après-guerre, confronté au défi de relever son industrie. Le Japon n’avait pas de ressources financières, un accès aux matières premières difficile (le fer en particulier), et un petit marché de clients potentiels. Toyota a cherché à produire la voiture qu’ils étaient sûrs de vendre, c’est-à-dire correspondant exactement aux besoins des japonais, au prix le plus juste, avec juste ce qu’il fallait de moyens, et juste à temps pour être payés plus vite.

Ce sont en fait les américains qui, suite à leurs visites au Japon, ont marketé et popularisé les méthodes de production japonaises, sous le nom de « Lean Management ». Il existe de nombreuses publications sur le sujet, mais pour faire court, ce qui est plus simple (« Lean ») est plus rapide (donc moins coûteux) et de meilleure qualité car moins sujet à erreur.

Dans les années qui suivirent, GM, Ford et les autres adoptèrent bien sûr ces méthodes pour se rapprocher des standards de Toyota, sans jamais les atteindre pour autant. Les notions de cercles de qualité et d’implication du terrain pour trouver les solutions, de juste à temps, se répandirent aussi dans l’industrie française, en particulier pour l’élaboration de la Peugeot 205 qui sauva la marque de la catastrophe dans les années 80.

Une autre approche se développa dans les années 80 chez Motorola, sous le nom de « Six Sigma » en référence à l’écart entre les mesures d’une pièce fabriquée et la norme attendue. Sigma est la lettre grecque utilisée pour désigner l’écart type d’une distribution, qui est une mesure de la dispersion des valeurs autour d’une moyenne. Fondée sur l’utilisation systématique d’indicateurs, la recherche des causes racines des défauts et les attentes du client, c’est une méthode qui cherche à réduire les défauts et les coûts.

La combinaison des deux approches donna naissance au Lean Six Sigma, qui aujourd’hui se déploie dans les Services.

L’objectif est de fournir des produits et des services de qualité. Face à un problème donné, l’approche du Lean Six Sigma entonne les cinq phases du DMAIC ou Define (Définir), Measure (Mesurer), Analyse (Analyser), Improve (Améliorer) et Control (Contrôler). Adopter cette démarche permet à l’organisation d’identifier les sources du problème, de trouver une solution adéquate basée sur des analyses. L’entreprise gagne en amélioration de la satisfaction des clients et en bénéfices.

2. Pourquoi devenir un Lean Six Sigma Yellow Belt ?

La réussite d’un projet d’amélioration continue se fonde sur les compétences de ceux qui la pilotent. C’est pourquoi devenir un Lean Six Sigma Yellow Belt est une étape à franchir pour les acteurs d’un projet LSS.

Avant de se lancer dans une certification Lean Six Sigma Yellow Belt, il faut déjà comprendre l’intérêt du LSS pour une entreprise. Ensuite, il est important de prendre connaissance des différents niveaux de certifications car le niveau d’implication de chaque acteur sera en fonction de ses compétences et de son expertise. Enfin, il est recommandé de suivre la formation adaptée pour être qualifié.

A qui s’adresse cette certification ?

Tout collaborateur participant à un projet d’amélioration continue doit maitriser son champ d’action. Techniciens ingénieurs des services qualité, production, RD, maintenance, commercial, marketing et relation, peuvent être intéressés, impliqués par cette formation.

Mais aussi aux collaborateurs amenés à contribuer à des projets d’amélioration continue ou aux organisateurs, Managers, Responsables souhaitant utiliser dans leur quotidien des outils du L6S.

Les différents niveaux de certifications

Pour assurer la réussite d’un projet Lean Six Sigma, il faut que chaque collaborateur soit formé à la démarche. Ainsi, il existe plusieurs niveaux de certification en matière de Lean Six Sigma. A chaque niveau se trouvent des outils et des méthodologies différentes. On distingue communément les niveaux suivants :

  • Le Yellow Belt (« ceinture jaune »), sensibilisé aux problématiques Lean Six Sigma : il apporte son concours à la réalisation d’un projet d’amélioration sous la conduite des niveaux supérieurs.
  • Le Green Belt (« ceinture verte »), dont on attend qu’il consacre partiellement son temps (souvent autour de 25 %) à la conduite de projets d’amélioration.
  • Le Black Belt (« ceinture noire »), chef d’équipe qui se consacre à plein temps à l’amélioration (conduite de projets, formation des Green Belts voire d’autres Black Belts) et doit maîtriser la méthode dans son ensemble. Il est plus spécialisé soit en DMAIC, soit en DFSS.
  • Le Master Black Belt, mentor et formateur de Black Belts, garant du respect de la démarche, encadre les Black Belts.

3. Quelles compétences pratiques acquiert-on en se certifiant Lean Six Sigma Yellow Belt ?

La formation Yellow Belt Lean Six Sigma permet d’assimiler en quelques jours les fondamentaux d’une démarche Excellence Opérationnelle pour pouvoir faire ses premiers pas. Le formé Yellow Belt acquière les fondamentaux pour animer un projet de résolution de problèmes type DMAIC :

Comprendre les fondamentaux de l’Excellence Opérationnelle à travers le Lean Six Sigma et comprendre la notion de performance et comment l’atteindre,

L’apprenti acquière des compétences en analyse et en méthodologie : Déceler les problèmes répétitifs, les processus instables, les coûts de production élevés et découvrir les motifs d’insatisfaction des clients devient alors plus facile. Ainsi, il pourra contribuer concrètement à l’excellence opérationnelle

Comprendre comment mener un projet d’amélioration transverse et complexe en appliquant la méthodologie DMAIC,

La connaissance de la démarche excellence opérationnelle donne au salarié certifié LSS Yellow Belt l’aptitude de mener un projet de résolution de problèmes dans un champ d’action limité à son secteur, en appliquant la méthodologie DMAIC. Cette étape est fondamentale pour l’entreprise.

Avoir la capacité d’utiliser les différents outils et animer le projet,

Être Lean Six Sigma Yellow Belt donne la capacité à utiliser les différents outils de résolution de problèmes dont le Pareto, les 5P, les 5M. Entre autres, il apportera son aide en mettant en œuvre les outils et en adoptant des démarches simples à hauteur de son niveau. A l’aide de la maitrise des outils cités précédemment, le LSS Yellow Belt sera alors en mesure d’apprendre aux membres de son équipe comment appliquer la méthodologie DMAIC dans le cadre d’une amélioration continue.

Comprendre comment bâtir un système de progrès continu en apprenant à ses équipes à mener des projets DMAIC

4. Comment se certifier Lean Six Sigma Yellow Belt ?

Contenu de la formation Lean Six Sigma Yellow Belt Celencia

La certification Lean 6 Sigma Yellow Belt permet donc de maîtriser les fondamentaux du Lean 6 Sigma en comprenant la philosophie du Lean 6 Sigma et en s’appropriant ses principaux outils.

Les objectifs pédagogiques :

  • Sensibiliser au potentiel du Lean 6 Sigma
  • Apprendre à utiliser les principaux outils du Lean et du 6 Sigma
  • Obtenir des clés permettant de piloter la performance opérationnelle par les processus

La méthodologie privilégiée :

  • Résolument pratique, le séminaire doit apporter des savoirs, des méthodes et des outils directement mobilisables en entreprise
  • Pour atteindre cet objectif, le module s’articule autour d’apports théoriques, de focus méthodologiques, de partages d’expériences et de mises en situation
  • L’approche collaborative entre les participants et les intervenants favorise les échanges et la prise de hauteur sur la pratique de chaque participant

Si vous avez des questions, ou souhaitez vous former au Lean 6 Sigma – Yellow Belt, sachez qu’une formation Celencia peut répondre à ce besoin.

Pour toute question ou information, n’hésitez pas à nous contacter.

Copy link
Powered by Social Snap